Barbet : Look et histoire
 

Retour Barbet

Barbet

Groupe 8 : Chiens leveurs de gibiers, rapporteurs et chiens d'eau

Son look Son look

Le Barbet est un chien médioligne de taille moyenne. Cela signifie qu'il est légèrement plus long que haut, que sa silhouette s'inscrit dans un rectangle posé sur son grand côté. Le corps du Barbet doit donner une impression générale de rondeur, de solidité, de rusticité, il est entièrement recouvert d'une épaisse toison longue, laineuse, frisée qui le protège efficacement du froid et de l'humidité. Le poil long et frisé est une caractéristique de la race. Son crâne est rond et large, le poil qui le couvre retombe sur le chanfrein lui-même recouvert d'une moustache fournie. Ses oreilles longues doivent être attachées bas. Son museau est légèrement plus court que son crâne. Son poil est unicolore, noir, gris, marron, fauve, sable, blanc et toutes ces couleurs peuvent être panachées de blanc. Les bicolores tels que marron et fauve, noir et gris, ainsi que les tricolores sont interdits. Un toilettage "coupe de chasse" peut se pratiquer :   Une des grandes caractéristiques comportementales du Barbet est d'aimer nager par tous les temps, et de rapporter tous les objets flottants qu'on y jette. A ce jeu là, il est infatigable. Alliez à cela un bon nez pour le gibier d'eau  et vous avez un merveilleux chien pour la chasse à la sauvagine.

Son histoire Son histoire

Les origines géographiques du Barbet sont inconnues, mais il semble bien qu'il vivait dans notre pays quand celui-ci s'appelait la Gaule. Pendant longtemps on a cru qu'il était né au Maghreb et qu'il avait été introduit chez nous lors des invasions sarrasines. Rien n'est sûrement plus faux. Est-il venu d'Europe Centrale ? C'est tout à fait possible, en tout cas il s'est implanté dans différents pays d'Europe : France, Espagne, Portugal, Italie où en se croisant avec des races locales, il a donné 4 races spécifiques de chiens d'eau, une pour chacun de ces quatre pays. On l'appelle chez nous Barbet certainement en référence à la barbe qui orne son menton. Les traces qu'il laisse  du moyen-âge au 19ème siècle sont innombrables : Statufié aux pieds de St Martin dans la cathédrale St Sauveur d'Aix en Provence au 12ème siècle ou au côté d'une Diane Chasseresse dans le parc de Rambouillet à la Renaissance, peint par le grand Jean Baptiste Oudry au 18ème,  reprit dans la littérature, mentionné ici et là,  décrit dans nombre d'ouvrages cynégétiques. S'il faut en croire Agrippa d'Aubigné (1552-1630) les puritains de la cour de Navarre faisait assez peu de cas de la grande amie de leur souverain (Henri III de Navarre, futur Henri IV roi de France) sans doute parce qu'elle fréquentait l'église catholique. «  Le seigneur de Bellièvre voyoit tous les matins par la fenestre de son logis la comtesse de Guiche (Corisande favorite du roi) lors garce en quartier qui alloit à la Messe accompagnée d'Esprit (le capitaine Esprit de la Baume) de la petite Lambert, d'un Maure, d'un Basque avec une robbe verte, du magot Bertrand (un singe) d'un page Anglois, d'un Barbet et d'un laquais ». Plus tard, c'est dans les pas de la Grande Armée qu'on le retrouve s'illustrant parfois comme « Moustache » sur les champs de bataille napoléoniens. Jusqu'au début du 20ème siècle il accompagne encore les chasseurs dans leur quête de gibier d'eau et puis après la 2ème guerre mondiale, il disparaît et il faudra des années pour le ressusciter grâce à des apports de sang de caniche, de chien d'eau portugais, de chien d'eau  espagnol et d'épagneul d'eau irlandais.


Vidéo

Copyright : reproduction interdite, tous droits réservés