Microphtalmie (MI)
 

Retour Santé

Microphtalmie (MI)

boxer_veto.jpg

RACE(S) : toutes


Par Michèle Colin et Magali Breton, Docteurs vétérinaires, Ingénierie Gipsa.





La Microphtalmie est une anomalie oculaire congénitale qui se caractérise par un globe oculaire plus petit que la normale. Elle peut toucher un œil ou les deux, entraînant une perte de vision plus ou moins importante.
La microphtalmie concerne de nombreuses races, parmi lesquelles : Barzoi, Bobtail, Boston terrier, Cavalier King Charles, Cocker, Dobermann, Golden retriever, Mastiff, Schnauzer, Setter irlandais, Yorkshire terrier, Akita, Beagle, Colleys, Berger australien shepherd, Bedlington terrier, Caniche…


Causes


La microphtalmie est d’origine génétique, sans doute liée à une mutation du gène MITF (Microphthalmia associated Transcription Factor). Chez le chien, le gène MITF semble associé à la couleur « merle » (ou « arlequin ») dans certaines races.
En général seule une partie de la portée est touchée. L’allèle* défectueux se transmet vraisemblablement selon un mode autosomal récessif*. Cela signifie qu’un chiot ayant un seul exemplaire de cet allèle* aura des yeux normaux, mais il pourra transmettre l’allèle* muté à sa descendance. En revanche, s’il a reçu l’allèle* muté en double exemplaire (un par chacun de ses parents), il présentera une microphtalmie.
Dans certaines races, les robes « merle » et/ou à dominante blanche sont souvent associées à des formes graves, avec des anomalies multiples de l’œil et une cécité.


 Evolution


L’anomalie apparaît pendant la formation du fœtus, du fait d’un défaut de développement de la vésicule optique. La microphtalmie est donc constituée à la naissance.
Le plus souvent elle est visible dès que le chiot ouvre les yeux, mais certaines formes modérées peuvent être difficiles à identifier. Le diagnostic de certitude nécessite l’examen complet de l’œil par un vétérinaire qualifié pour le dépistage des maladies oculaires.
Les défauts structurels de l’œil sont définitifs et l’animal aveugle ne recouvrera pas la vue. Chez l’animal qui a conservé un champ visuel partiel, la stimulation de l’odorat et de l’ouïe seront essentielles pour permettre l’adaptation. Des complications sont cependant possibles au cours du temps, comme par exemple une cataracte, un glaucome, ou des inflammations liées à des culs de sac trop volumineux à l’intérieur des paupières. Ces complications peuvent détériorer la vision et/ou entraîner douleur et inconfort.


 Signes cliniques


L’œil atteint de microphtalmie présente un globe oculaire plus petit que la normale et enfoncé dans l’orbite (enophtalmie), la troisième paupière étant proéminente.
Il peut arriver que l’œil soit plus petit avec des structures parfaitement normales, on parle alors de nanophtalmie
Mais le plus souvent, la microphtalmie est associée à d’autres anomalies structurelles de la chambre antérieure, de la cornée, du cristallin ou de la rétine telles que : un colobome (persistance d’une fente, par exemple à travers l’iris), une cataracte, la persistance de la membrane pupillaire, une dysplasie de la rétine ou une hypoplasie du nerf optique, qui aggravent le pronostic.

Selon que la microphtalmie touche un œil ou les deux, et suivant l’importance des anomalies oculaires, la vision pourra donc être conservée, diminuée ou absente. Si la microphtalmie est sévère et bilatérale, la plupart des chiots atteints seront aveugles. Une forme plus modérée laisse au chiot une chance sur deux de conserver la vue.
Le comportement du chiot aveugle ou à fort déficit visuel est modifié: il ne réagit pas à la lumière, tient sa tête basse, se déplace lentement, avec précaution.

La microphtalmie peut aussi s’accompagner d’autres anomalies congénitales : fente palatine, anomalie pigmentaire, surdité…


 Traitement


Le devenir de l’animal dépendra de la gravité de ses symptômes et de l’usage auquel il est destiné, car il n’existe pas de traitement permettant de corriger les défauts structurels. Seules peuvent être traitées les complications (glaucome, cataracte, inflammations…), qui nécessitent parfois des soins quotidiens pour améliorer le confort de l’animal. Dans certains cas une chirurgie correctrice des paupières est possible pour limiter les complications. Des infections récidivantes peuvent conduire à retirer le globe oculaire atteint (énucléation)

                                              Dépistage


Le diagnostic peut être réalisé chez le chiot, par un vétérinaire qualifié. La microphtalmie est un défaut écartant l’animal de la confirmation et de la reproduction. En effet, étant données sa gravité et ses conséquences (problèmes de vision, voire cécité) il convient de ne pas faire reproduire :
- les chiens atteints, mâles et femelles
- mais aussi leurs parents et leur fratrie
qui, même s’ils sont d’apparence normale, ont plus de 50% de risque d’être porteurs de l’anomalie. Il n’existe pas encore de test génétique permettant de dépister les individus porteurs.
Dans les races concernées, la sélection pourra aussi concerner la couleur de robe.


Glossaire 

Allèles : les allèles sont les formes différentes d’un même gène. Ils diffèrent les uns des autres par des mutations. Les gènes étant présents en double exemplaire dans le patrimoine génétique, chaque individu possède 2 allèles du même gène. Les 2 allèles peuvent être identiques (individu homozygote) ou différents (individu hétérozygote). 

Mode autosomal récessif : le gène anormal se trouve sur un chromosome non sexuel et la présence de deux variants anormaux du gène est indispensable pour que la maladie s'exprime.



 


 


 


Source : Michèle Colin et Magali Breton et Michèle Colin, Docteurs vétérinaires, Ingénierie Gipsa.


 


Dernière mise à jour : Juin 2010

Logo_GIPSA.jpg
Copyright : reproduction interdite, tous droits réservés