Les troubles digestifs chez le...
 

Retour Alimentation

Les troubles digestifs chez le chien et le chat

gamelle_iStock_000010855319Small.jpg

RACE(S) : toutes






Quel propriétaire de chien ou de chat ne s’est pas retrouvé un jour face à des soucis de diarrhée, de vomissements, ou bien les deux, chez son animal de compagnie?! 



par Jean-Marc Elbaz Vétérinaire 


Il faut bien sûr distinguer les troubles aigus, des troubles chroniques. Quelle qu’en soit la cause, les premiers sont très occasionnels, parfois graves, et habituellement qualifiés de « gastro» (regroupant gastrites, entérites, et gastro-entérites). Les seconds sont des troubles permanents ou intermittents, souvent moins violents dans les symptômes, mais nécessitant des examens plus poussés pour en trouver la cause et le traitement.




Les symptômes d’appels, et les facteurs de gravité


 


> Les vomissements (Gastrite)
Ils sont signes d’une inflammation haute du tube digestif, d’origine diverse, ou bien d’une occlusion intestinale. Les causes de gastrite sont très nombreuses, le plus souvent bénignes, mais parfois plus graves, pouvant entraîner le décès de l’animal. L’animal pourra présenter des signes généraux tels qu’abattement, fièvre, douleur abdominale, anorexie, ... Ce sont tous ces signes, associés aux vomissements, qui marquent la gravité de l’affection. En effet, si un chien qui a vomi une ou deux fois reste malgré tout en pleine forme et réclame encore à manger, c’est qu’il n’est pas gravement atteint. Peut-être a-t-il tout simplement mangé quelque chose d’inhabituel, ou attrapé un virus bénin, ce qui va le rendre malade deux ou trois jours au maximum, ... puis passer tout seul ! À l’inverse, un chien qui vomit beaucoup, parfois en jet, qui semble abattu, prostré, et surtout qui ne veut pas s’alimenter, est probablement plus sérieusement atteint, et il ne faudra pas attendre pour le montrer à son vétérinaire. La gravité pourra également être fonction de l’âge de l’animal, et/ou de son poids. Des vomissements sur un chiot Yorkshire Terrier de 2 mois pesant 800 grammes seront à prendre très au sérieux, en terme de déshydratation et d’hypoglycémie, alors que le labrador de 2 ans pesant 35 kg aura un peu plus de « réserves » et de résistance ! Enfin, la présence de sang en petite quantité dans les vomissements n’est pas forcément un signe de gravité. Cela montre simplement une inflammation importante de la muqueuse gastrique, ou bien la persistance des vomissements sur plusieurs jours !


 


 > Les diarrhées de l’intestin grêle (Entérite)


Les diarrhées sont toujours liées à une inflammation de l’intestin, plus ou moins haute, et plus ou moins importante. Les diarrhées de l’intestin grêle sont en général très liquides, parfois en jet, parfois hémorragiques, accompagnées d’une augmentation de la fréquence d’émission des selles. De manière moins fréquente, des signes généraux peuvent être associés, identiques à ceux rencontrés dans les gastrites. Ceux sont eux qui, ici aussi, marquent la gravité de la maladie, comme par exemple, lors d’une diarrhée d’origine virale due au parvovirus, avec fièvre, abattement, leucopénie (baisse des globules blancs)… Et tout comme lors de gastrite, le jeune âge et le faible poids vont aggraver les symptômes du fait de la déshydratation et de l’hypoglycémie induite.


 


 > Les diarrhées du gros intestin (Colite)


Ici, les symptômes sont différents. L’inflammation du colon et/ou du rectum va entraîner l’émission de selles molles, plutôt en «bouses », souvent de gros volume, avec présence de ténesme (l’animal se met en position et force beaucoup pour faire ses selles), de glaires, de mucus, et parfois de sang en nature. Les symptômes généraux sont souvent absents, signant une faible gravité de la maladie. Le sang, souvent présent, n’est pas non plus signe de gravité.


 


 > Association vomissements et diarrhée (Gastroentérite)


La présence concomitante des deux traduit une inflammation de l’ensemble du tube digestif, de l’estomac jusqu’au rectum. Ici aussi, la gravité dépendra des signes généraux associés, ainsi que du gabarit de l’animal.


 


Principales causes des troubles digestifs chez l’animal de compagnie


 Les causes des troubles digestifs chez les carnivores domestiques sont extrêmement nombreuses.



> Affections aigües



Les gastro-entérites infectieuses, souvent virales: très fréquentes, saisonnières (automne et hiver).
Les gastrites parasitaires: chiots avec parfois des pelotes d’ascaris dans l’estomac.



Les corps étrangers: ceux-ci peuvent parfois être volumineux, et c’est une vraie urgence, car les signes généraux sont plus graves. II faut stabiliser l’animal, puis l’opérer rapidement pour lever l’occlusion.



Les changements alimentaires brutaux: un carnivore doit avoir une régularité quant aux constituants de son alimentation. « Plus il mange le même aliment, mieux il le digère ». Un régime « tout croquettes» de bonne qualité est donc tout à fait indiqué.



Les diarrhées de stress (parfois même hémorragiques): souvent sur les petites races. La cause est souvent identifiable. Elles guérissent souvent toutes seules, ou avec un traitement léger.



Hépatites, Cholangites, Néphrites, Pancréatites, Péritonites … : ces maladies sont beaucoup plus graves, et nécessitent des examens complémentaires, et même parfois une hospitalisation et des perfusions.


  


> Affections chroniques



Syndrome de malassimilation: il correspond à plusieurs maladies différentes et est diagnostiqué par analyse de sang. Le traitement est long, parfois advitam, nécessitant médicaments et surtout régime alimentaire particulier. Toutes les marques de petfood proposent un aliment hyperdigestible.



Allergies et intolérances alimentaires: Souvent non diagnostiquées, il faut être très rigoureux pour les mettre en évidence, afin de stopper les symptômes digestifs qui souvent évoluent depuis longtemps. Ici encore, il existe de très nombreuses marques d’aliments hypoallergéniques qui permettent une rémission totale des symptômes, mais l’animal restera allergique toute sa vie!



Gastrites, Entérites, Gastro-entérites, Recto-colites immuno-allergiques: Ce sont des affections plus fréquentes chez le chat que chez le chien, répondant ici aussi aux corticostéroides et aux régimes hypoallergéniques.


 


 > Ayez les bons réflexes!



Quelle que soit la cause des troubles digestifs, certains gestes peuvent suffire à enrayer les premiers symptômes et même guérir l’animal si la maladie n’est pas grave, ou tout au moins permettre sans risque d’attendre de consulter un vétérinaire.


 


Les cinq bons gestes à avoir en cas de vomissements et/ou diarrhées:



1/ Arrêt total de la nourriture durant 12 à 24 heures en cas de diarrhée ou de vomissement (et non pas donner un bol de riz comme on le voit souvent!), puis reprise très progressive en cas d’amélioration.



2/ Arrêt total de la boisson en cas de vomissement seulement, durant 6 à 12 heures, puis reprise très progressive en cas d’amélioration.



3/Administration d’un pansement gastro-intestinal: la seule limite à cela est la difficulté à le faire avaler, surtout aux chats.



4/ Faire lécher au bout du doigt un peu de miel: valable surtout chez les chiots ou les chiens miniatures, cela permettra de lutter contre l’hypoglycémie.



5/ Et bien sûr, prendre contact avec son vétérinaire avant aggravation: de manière générale, il faut prévenir son vétérinaire traitant, mais obligatoirement dans les cas suivants:


• animal abattu,



• persistance ou récidive des troubles digestifs,



• animal très jeune ou de très petite taille,



• sang dans les selles en quantité importante.


 


Et comment prévenir au mieux…



Les bonnes règles d’alimentation des carnivores domestiques sont avant tout des règles d’hygiène, et de bon sens. Mais comme pour nous-mêmes, nous privilégions parfois le plaisir immédiat plutôt que la bonne santé à moyen et long terme.


 


Pour éviter les problèmes digestifs, il faut donc:



- Une nourriture standardisée, de bonne qualité. En effet, un animal doit toujours manger la même chose, sauf avis contraire de son vétérinaire. Il faut donc choisir un aliment de bonne marque, bien équilibré, et avec lequel il aura une bonne digestion (selles fermes, en faible quantité, 2 à 3 fois par jour, et pas ou peu de gaz digestifs).



- Pas ou peu de friandises. Il ne faut théoriquement, rien donner en dehors des repas, ni « petits à - cotés », ni restes de table. Ceux-ci feront certes plaisir sur le moment, mais perturberont fortement sa digestion, surtout s’ils sont variés ! Les seules friandises autorisées sont celles servant à éduquer le chien. Elles doivent toujours être identiques.



- Surtout pas de vrais os. Sans parler de risque de perforation des intestins, les os sont très souvent source de troubles digestifs tels que vomissements et diarrhées, voire même parfois à l’inverse, de constipation très importante nécessitant consultation chez le vétérinaire, administration de laxatifs, et même lavements! Un cauchemar pour le chien et son maître!!!



- Bien vacciner et vermifuger son animal. Quel que soit l’âge ou le mode de vie, la vaccination annuelle et la vermifugation 2 à 4 fois par an permettent d’éviter certaines maladies digestives graves liées à des virus (Parvovirose, Maladie de carré) ou à des parasites (Coccidies, Amibes, vers ronds ET vers plats).



- Utilisation de pro-biotiques. Ce sont des aides à la digestion que l’on peut utiliser soit pour le traitement des diarrhées aigus peu graves, soit lors de maldigestion chronique malgré une nourriture adaptée, soit encore lors de l’administration d’antibiotiques qui perturbent la flore microbienne intestinale. Ceux-ci sont sans risque pour la santé, et vont améliorer considérablement la digestion de l’animal.


 


Une bonne digestion passe avant tout par une bonne alimentation !


 


Les probiotiques



Ce sont des micro-organismes vivants (bactéries ou levures), ajoutés compléments à certains produits alimentaires, exerçant un effet bénéfique sur la santé de l’hôte. Un rapport assez ancien de l’OMS (2001) prétend que ces micro-organismes, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, exerceraient un effet bénéfique sur la santé de l’hôte. Ces bactéries ou levures aident à la digestion des fibres, stimulent le système immunitaire et préviennent ou traitent la diarrhée. Utilisés depuis très longtemps chez l’homme, ils ont montré leur intérêt dans nombre de pathologies intestinales d’origine infectieuse ou inflammatoire : gastro-entérite, ulcère gastro-duodénal, …


 


Utilisation des Probiotiques chez les chiens et les chats



• en traitement des diarrhées bénignes dues à:
- un déséquilibre de la flore bactérienne,
- du stress (transport, changement de lieu, ...),
- un changement d’alimentation,
- une antibiothérapie.



• en complément du traitement des diarrhées graves



• en complément du traitement des diarrhées chroniques,


 


• pour rétablir des selles de bonne qualité chez les chiots,



• pour stimuler le système immunitaire.


 


Conclusion



Si les troubles digestifs sont extrêmement fréquents chez les carnivores domestiques, leur gestion à domicile est parfois possible si le cas est peu grave, mais il faut être vigilant dans toutes les situations et surtout ne pas hésiter à prévenir son vétérinaire en cas de doute. On peut également prévenir une partie de ces problèmes par un bon suivi médical du chien, ainsi que par une nourriture bien équilibrée et de très bonne qualité.


 



Source : Animalinfo n°22



Copyright : reproduction interdite, tous droits réservés