Les règles à connaître pour...
 

Retour Comportement / Education

Les règles à connaître pour le « panier » du chien

dodo_canape.jpg

RACE(S) : toutes


Lieu de couchage et refuge sûr, le panier possède une importance forte pour le chien. Le panier du chien est bien plus qu’un lieu de repos. Il a une valeur sociale forte et représente un refuge que tous doivent respecter. Le manquement fréquent à certaines règles est source de troubles de cohabitation et, son corollaire, de morsures.


Bien le choisir


Corbeille, couffin, tapis, matelas, coussin, niche… Tout ce qui peut matérialiser un couchage au sol peut faire office de « panier » à condition qu’il soit confortable et facile d’entretien. Il doit être adapté à la taille du chien, ce qui peut paraître une lapalissade mais qui n’en ait pas une !  


Le chien doit pouvoir se mettre « en boule » : si son panier est trop petit, son sommeil ne sera pas de qualité et il ira dormir ailleurs. Si, ce qui est assez classique, le panier est trop grand, le chien peut ne pas se sentir en sécurité et se mettra en boule dans un coin.


Il y recherche la chaleur et la protection physique. C’est pourquoi les paniers à rebord (corbeilles, couffins) ou les niches sont conseillés pour les chiens anxieux. De même, les couffins « fermés » type tipi rassurent les chiots qui passent de meilleures nuits et, semblerait-il, deviennent propres plus vite.


Les matériaux choisis doivent pouvoir résister aux dents et aux griffes d’un carnivore mordilleur qui aime gratter sa couche. Pour les seniors aux articulations douloureuses, un matelas moelleux est préférable à une corbeille avec rebords.


Sa place


L’emplacement de la couche est stratégique car il indique le statut hiérarchique du chien dans la famille. 


A ne pas faire : Dormir en hauteur (fauteuil, canapé, lit…), sur un lieu de passage (entrée, couloir), en haut ou en bas d’un escalier, ou encore en plein milieu d’une pièce est un privilège de chef qui peut ainsi contrôler les allers venues de tous. A éviter.


«La couche du chien doit être considérée comme un coin bien à lui et interdit aux autres, chiens comme humains


De même, il vaut mieux éviter qu’il dorme sous (ou dans) un meuble comme sous une table de salon, une table basse, un lit, dans un placard ; acculé dans son refuge, le chien risque de grogner et mordre quiconque ose s’en approcher.


Trop de morsures d’enfants ont lieu pendant un repas de famille au cours duquel le bambin à quatre pattes essaie de caresser le chien qui se repose sous la table, aux pieds des convives…



  • A faire : Il revient au maître, et non au chien, de choisir, et imposer, la place du et même des paniers dans la maison. La couche du chien est idéalement au sol, en retrait, dans un endroit calme et à l’abri des courants d’air 

  • Salon / salle à manger : dans un coin, loin des issues, et en évitant l’aire entre la télévision et le canapé

  • chambre : dans un coin loin de la porte

  • cuisine : ce n’est pas une pièce recommandée pour des raisons d’hygiène et parce que les passages sont trop fréquents

  • sellier : à condition qu’il soit isolé du froid, de l’humidité et des courants d’air.


Lui apprendre le panier 



  • Son importance : « Au panier ! » est un ordre aussi important que le rappel, « assis » ou « au pied ». Renvoyer un chien dans sa couche est la punition la moins sévère et en même temps la plus efficace car elle revient à l’exclure du groupe.

  • La technique : Pour que le chiot intègre le mot « panier », le mieux est de s’armer de son jouet préféré et d’une longe que l’on attache à son collier. Le maître prononce « panier » en montrant du doigt la couche avant d’y lancer le jouet préféré. Dès que le chien arrive dans le panier, il le félicite et lui sourit, « C’est bien ». S’il ressort du panier, il le tire doucement par la longe pour l’y faire revenir. « C’est bien ». Au début le chien doit y rester 30 secondes puis 1 minute. Ensuite son maître prend le jouet et le lance plus loin pour poursuivre la partie. L’exercice sera répété chaque jour avec puis sans le jouet jusqu’à ce que le chiot comprenne bien l’ordre.


                                          No man’s land


La couche du chien doit être considérée comme un coin bien à lui et interdit aux autres, chiens comme humains. L’animal y trouve la tranquillité et s’y apaise. Il ne doit en aucun cas y être dérangé sous peine d’un coup de crocs tout à fait justifié dans ce cas. Même le leader de la « meute-famille » doit respecter cet endroit. Il ne faut pas le gronder quand il s’y trouve et interdire aux enfants d’aller le toucher. Aussi, pour lui mettre la laisse, lui donner un médicament ou juste le caresser, la règle est d’attendre qu’il sorte de son panier pour le faire… Il suffit de le siffler !


Où faire dormir le chiot ?


Après l’adoption, les premières nuits sont éprouvantes pour le chiot comme pour ses maîtres : séparé de sa mère et sa fratrie, perdu dans sa nouvelle maison, le jeune chien gémit et hurle de détresse.



  • Faire dormir le chiot dans la chambre : La proximité de ses propriétaires l’apaise immédiatement. Le laisser dormir sur le lit est séduisant mais non recommandé pour des raisons d’hygiène et parce que cette habitude risque de perdurer à la puberté, moment où le chien rentre dans la hiérarchie du groupe. La solution est d’installer un couffin douillet au pied du lit, couffin que l’on pourra facilement déplacer plus tard. Reste le problème des souillures nocturnes dans la chambre inévitables à cet âge…

  • Exclure le chiot de la chambre : dans ce cas l’utilisation de phéromones apaisantes canines (DAP ND) en diffuseur ou collier est indiquée. On peut aussi de disposer un tee-shirt imprégné de l’odeur du propriétaire dans le panier.


 


 


 


Source : Laetitia Barlerin pour la Dépêhce ASV d'avril 2010



 

Copyright : reproduction interdite, tous droits réservés