La sauvegarde du Berger de...
 

Retour Autour du chien

La sauvegarde du Berger de Crau

berger_de_crau1.jpg

RACE(S) : toutes


Les éleveurs de moutons de la plaine de la Crau se mobilisent depuis 2008 pour sauvegarder un chien de berger local, appelé chien de Crau.


Les 30 chiens réunis durant la foire ovine de Saint Martin de Crau en février 2011 montrent une diversité génétique exceptionnelle et constituent les chiens fondateurs de la race dénommée "Berger de Crau" pour laquelle la Société Centrale Canine ouvre un livre des origines.


Le chien de Crau, un chien de berger local


Le chien de Crau est un chien rustique, de taille moyenne, avec une robe souvent noire et bouclée. Il présente également la particularité d’avoir des yeux marron orangé à jaune lui conférant un regard perçant. Ce chien est originaire des plaines et coteaux de Basse Provence et on le rencontre plus particulièrement chez les éleveurs de la plaine de la Crau où il était autrefois très présent pour conduire les grands troupeaux de moutons lors de la transhumance estivale vers les Alpes. La plaine de la Crau est un territoire situé entre la Camargue, les Alpilles et l’étang de Berre, et plus particulièrement délimité par les villes d’Arles et de Salon de Provence. Le cheptel du Berger de Crau a fortement diminué en raison des modifications des pratiques pastorales et du remplacement par d’autres chiens comme le Beauceron ou le Border Collie.


 


Un chien lié à la transhumance


Le chien de Crau est lié à la pratique de la transhumance. Pour pallier les maigres pâturages liés à la sécheresse de l’été sous le climat méditerranéen, en juin de chaque année, les troupeaux sont conduits en montagne pour profiter des pelouses alpines et reviennent à l’automne. Les transhumants de Provence partaient de la plaine de la Crau, marchaient une vingtaine de kilomètres par jour pendant 3 semaines pour gagner les Alpes. Le chien de Grau accompagnait les troupeaux lors de cette transhumance estivale ; il est lié en particulier aux troupeaux de Mérinos d’Arles et de chèvres du Rove.


Les éleveurs ovins se transmettaient les chiens de génération en génération. La perpétuation du cheptel était alors tributaire des rencontres entre les bergers de Provence et ceux des Alpes. Le long de la route, les transhumants donnaient des chiots pour remercier les bergers pour le gîte et pour l’accès au pâturage.


 


Un chien à sauvegarder


Depuis 2008, la Maison de la Transhumance et la Société Centrale Canine (SCC) se sont mobilisées pour reconnaître ce chien de travail et créer la race du Berger de Crau. Les objectifs sont d’inventorier, sauvegarder et gérer le cheptel.


Afin de mieux caractériser ce chien de berger original, la SCC a envoyé une mission d’étude en avril 2008 composée des Professeurs Jean-François Courreau et Bernard Denis (zootechnicens) et de Messieurs Jean-Paul Kerihuel (comité SCC) et Pierre Trolliet (éleveur en Isère). La visite d’une dizaine de fermes a permis de confirmer l’existence d’un type particulier de chien de berger utilisé pour travailler les troupeaux ovins. Le chien de Crau s’est révélé être dans le type morphologique des chiens de berger français, original cependant par sa construction très sèche et sa morphologie céphalique, n’excluant pas cependant une certaine hétérogénéité morphologique, notamment au niveau de la taille et du poil.


Un premier rassemblement de chien a ensuite été organisé en février 2009 lors de la Foire ovine annuelle de Saint Martin de Crau. Il a permis de recenser 23 chiens de Crau (11 femelles et 12 mâles) et d’ébaucher les premiers critères du standard de la race, devant porter autant sur la morphologie que sur les qualités de travail.


 


Un chien de troupeau


Le chien de Crau présente un physique robuste, une physiologie endurante, une attirance innée pour le troupeau, un mental de travailleur. Les éleveurs lui prêtent un caractère très affirmé, beaucoup d’autonomie et un fort attachement à son troupeau. Le chien de Crau travaille plus facilement par lui-même contrairement au Border Collie qui travaille en forte relation avec son maître. Ce chien travaille comme les chiens continentaux avec beaucoup d’action sur le troupeau, y compris s’il compte des centaines de têtes, très actif derrière et en bordures.


La sélection sur l’aptitude au travail étant importante, une épreuve de travail devant le troupeau sera exigée lors de la confirmation.


 


Le Berger de Crau, une nouvelle race


Une première réunion s’est tenue le 29 avril 2010 afin de définir les principaux objectifs. L’assemblée générale qui a permis la création de l’Association de Sauvegarde du chien "Berger de Crau" s’est tenue à Saint Martin de Crau le 30 novembre 2010. La Présidente est Françoise Simian qui est éleveuse à Saint Martin de Crau. Cette association est d’ores et déjà composée d’une trentaine d’adhérents. Les éleveurs et les bergers salariés sont membres actifs et tous les autres adhérents sont membres associés. Cette association a pour principaux objectifs de regrouper les propriétaires de chiens, d’établir un standard de la race en tant que chien de travail, la sauvegarder, la promouvoir, ainsi que de mettre en oeuvre un inventaire du cheptel existant et un suivi génétique. La principale préoccupation est de maintenir le chien de Crau comme un chien de conduite, correspondant aux besoins des éleveurs et des bergers professionnels, avec des critères de travail clairement identifiés dans le standard de race.


 


L’inventaire du cheptel


Le cheptel pourrait représenter quelques centaines de chiens. Les éleveurs, les bergers et les techniciens d’UPRA sont sollicités pour signaler à l’association les chiens de Crau qu’ils connaissent.


Une fiche de recensement a été établie sur le modèle de celle utilisée pour les chiens de protection. Une copie des fiches est envoyée à la SCC où un fichier spécial a été créé pour constituer le point de départ d’un livre généalogique.
La foire de Saint Martin de Crau du 9 février 2011 a déjà permis de réunir 30 chiens de Crau appartenant à 22 propriétaires différents et provenant de 9 départements. Chaque chien a été identifié à l’aide d’une puce électronique et un prélèvement buccal a été effectué. Cette opération a été prise en charge par la SCC. Les empreintes génétiques ont été établi par le laboratoire Antagene (Lyon) et une carte d’identité génétique a été délivrée à chaque chien.


 


La génétique du Berger de Crau


L’identification génétique des fondateurs de la race est capitale pour connaître le niveau de diversité génétique à l’origine de cette nouvelle race. L’identification génétique des reproducteurs et des chiots suivie d’une vérification génétique des parentés permettra de certifier systématiquement les pedigrees, de rendre totalement fiable le livre des origines dès sa création et de garantir une production de chiots appartenant à la race "Berger de Crau".


Par ailleurs, la comparaison des empreintes génétiques des chiens peut permettre de comparer les relations de parenté et d’assurer une meilleure gestion génétique de cette population à petit effectif, pour éviter notamment les éventuels croisements entre individus apparentés et les problèmes de consanguinité.


Les analyses statistiques préliminaires réalisées sur les Bergers de Crau montrent une très grande diversité génétique. Pour estimer la variabilité génétique, nous avons utilisé un indicateur appelé "hétérozygotie" qui a été calculé pour le Berger de Crau (30 chiens) et pour 110 autres races de chiens (représentant près de 15.000 chiens). Le Berger de Crau arrive en première position nettement devant les 110 autres races avec une hétérozygotie supérieure de 30% à la moyenne des races françaises. Ce niveau de diversité génétique est d’autant plus exceptionnel qu’il a été évalué sur seulement 30 chiens. Cette grande variabilité génétique est aussi le signe d’une grande hétérogénéité dans l’origine des chiens fondateurs, ce qui vient confirmer ce qui se disait de l’histoire de la race.


Mais, d’ores et déjà, nous pouvons considérer qu’existe bien la race du Berger de Crau et les éleveurs devront sélectionner leurs chiens sur leurs aptitudes en conformité avec le standard tout en restant vigilant à conserver le niveau de variabilité génétique.


Toute personne pouvant aider à recenser les chiens de Crau est invitée à prendre contact avec la Maison de la Transhumance. Un bulletin d’adhésion à l'Association de Sauvegarde du chien « Berger de Crau » est disponible à l’adresse suivante : www.transhumance.org


 


Source : Cynophilie Française N°155



Copyright : reproduction interdite, tous droits réservés